Comprendre la tarification Azure

Un peu dur de comprendre le principe de tarification des offres de Cloud Computing et surtout de comprendre si l’on peut y être gagnant.
Le principal problème pour moi était le concept de consommation horaire qu’est ce que cela voulait dire ? Que l’on paye en fonction de l’utilisation effective de l’instance que l’on utilise ? Non, il ne faut pas le comprendre ainsi ce n’est pas un forfait téléphonique, oui, bon, je suis un peu nul d’avoir pensé cela mais c’est bien le principe du Pay as You Use, j’ai pensé cela principalement parce que je ne voyais vraiment pas ce que l’on pouvait estimer d’autre. Enfin, la réponse me vient par une personne de chez Microsoft lors des Techdays : « C’est en heure de déploiement sur un type d’instance et par instance ».
La base de calcul pour un mois et donc : 24 * 30 = 720h d’où les forfaits à 750h de Microsoft. J’ai enfin une base et j’ai enfin compris.
Comme vous constaterez en allant sur le site Azure, cela représente un coût mensuel de 61€ pour l’instance la plus petite sur 720h, Microsoft base ses calculs sur 750h pour laisser de la marge et surtout permettre éventuellement de déployer sur une deuxième instance pendant des périodes courtes.
Alors, oui, la solution proposée semble attractive mais le calcul est à faire et surtout l’utilisation de cet environnement doit être murement réfléchi par rapport à un environnement mutualisé classique.
Je vais maintenant essayer de faire le même travail pour l’App Engine de Google afin de me faire un comparatif.
En tous les cas, Microsoft cherche à toucher les TPE-PME et cela est vraiment une bonne chose avec un premier prix attractif, mais il faut quand même se poser la question de l’utilité d’une plateforme si complète pour des sites Web extranet ou internet d’entreprise.

Update 1 : Sur un mois de 31 jours 744h rentre bien dans le forfait 750h pas plus de 6h de pique dans le mois.

Quelques adresses pour Azure….

Après un petit détour, me voilà reparti sur le Cloud et plus particulièrement celui de Microsoft. En effet, depuis que je me sers de Twitter, on peut vraiment dire que je suis un Geek, cependant comme source d’information, cet outil est bien plus intéressant que Facebook, j’ai donc pu glaner quelques adresses très instructives :
Point de départ pour démarrer sur la plateforme http://www.microsoft.com/windowsazure/getstarted/default.aspx
Comme, vous le voyez Microsoft met le paquet dans les environnements de développement et propose des SDK pour de nombreux langages dont Ruby et PHP.
J’en reviens souvent à ce point mais la grande force Microsoft est de proposer un environnement de développement très performant et intégré.
Je vais mettre à jour dans les commentaires les prochains liens de ce type, commentaires bien venus.

Bonne année

SNail IT Blog vous souhaite une bonne et heureuse année 2011.
Cette année qui s’annonce riche en évènement surtout dans le domaine du CLOUD et de la Virtualisation, les deux étant très liés.
Avec à retenir, l’arrivée du netbook Chrome OS de chez Google qui même si j’ai du mal à comprendre pourquoi faire un netbook plutôt qu’une tablette risque de faire beaucoup parler. Avec l’arrivée de ce netbook, l’émergence du cloud computing à destination du particulier, Google va en effet fournir toute une liste d’application directement utilisable dont la localisation est clairement le CLOUD.
Autre point, l’émergence d’une plateforme CLOUD et là je parie sur Azure même si il manque un compte gratuit pour tous les abonnés MSDN et pas seulement les premiums. Pourquoi Azure, principalement à cause de Visual Studio et du SDK qui s’intègre très bien l’un et l’autre.
Et enfin dernier point, la victoire d’Android ou du moins la victoire du nombre et pas seulement de l’économie car là je suis d’accord avec Jean-Louis GASSE et son billet du Monday Note, sur les choix d’Apple et sa volonté de ne pas reproduire ce qu’elle a fait pour le Mac et la plateforme iOS est quand même d’une rare qualité bon par contre xCode vite du changement.
Au final, trois grands acteurs vont se démarquer d’après moi en 2011, ce sont Google, Microsoft et Apple.

Azure : 2 articles intéressants

Encore, un article sur le Cloud non pas vraiment, il s’agit plus de lien vers deux pages internet, l’une contient une belle explication du Cloud selon Azure et des technologies mise en oeuvre, vraiment un bon article : Microsoft Azure, le tour d’horizon.
Aussi, je vous conseille la lecture de l’étude de cas en témoignage microsoft de Talentsoft de l’éditeur LOGICA, Témoignage Microsoft : TalentSoft passe au cloud Windows Azure.
A la lecture de ces deux articles, il est clair que les solutions Cloud peuvent présenter un réel avantage pour tous les applicatifs accessibles au travers Internet en offrant des possibilités d’extensions sans avoir à faire le même investissement, quoi que justement ce sont encore les éléments qui ne sont pas complètement abordés.

Cloud computing, oui mais combien ça coûte ?

Un concept, dont on entend beaucoup parler le Cloud Computing, quelles sont les différences avec l’hébergement d’antan ?
On trouve beaucoup d’information sur les différentes solutions surtout pour les 3 gros acteurs que sont Amazon, Google et Microsoft dans l’ordre d’arrivée.
Cependant, il y a vraiment peu d’études de prix.
En cherchant un peu j’en ai trouvé une celle-ci est assez sommaire mais évalue relativement bien le prix pour une utilisation simpliste d’un Cloud en l’occurrence Windows Azure : Azureguru : Etude du coût d’hébergement d’un site Web
Cette étude à au moins le mérite d’exister et d’être en français, cependant, elle se base sur une utilisation assez simple de la capacité d’un Cloud proche d’un hébergement mutualisé ou d’une offre en serveur dédié.
Concernant la solution Google, on ne trouve pas beaucoup plus de documentation, que ce soit technique et étude de cas. Par contre, son accès gratuit avec un compte Google est un gros plus pour essayer de comprendre et de se faire à l’environnement proposé. Cependant, il me semble que ce qu’offre la plateforme Azure me paraît bien plus complet.
Dernier acteur Amazon et là j’avoue que la multiplicité de leur offre m’a un peu refroidi pour rentrer dans le sujet, il est évident que leur service est utilisé car tous les autres acteurs sont arrivés à la suite de ce succès. Cependant, pareil, on a du mal à comprendre combien cela va nous coûter des exemples concrets, là des informations claires et précises seraient un plus.
Le manque de clareté réside pour moi, dans les règles et les unités de mesures des différentes acteurs, il n’y a pas de normalisation et chacun y va de sa méthode qui est bien sûr la meilleur pour le client.
J’attends avec un impatience une étude de qualité sur ce sujet et personnellement je vais me pencher sur celles de Google et Microsoft pour essayer de me faire une idée. Je vous tiendrais au courant.
Le Cloud est décidément cette année le mot qu’il faut utiliser en informatique, par contre, techniquement peu d’études de cas et de livres blancs rentrent dans le détail de l’utilisation et du prix au quotidien.