RVM : Ruby Version Manager

Quand on essaye de développer sur Ruby, on se tourne tout de suite vers une machine virtuel sous Linux, non pas que Ruby pourrissent le système mais plutôt parce que sous windows il est beaucoup moins performant (c’est mon point de vue).
Quand on essaye de développer sur Ruby sous Linux, on entend rapidement parler de RVM (Ruby Version Manager).
RVM, c’est vraiment le paradis pour le développeur Ruby qui veut tester sur plusieurs types d’environnement (Ruby 1.8.7, 1.9.2, JRuby….), cet outil permet de switcher d’un environnement à un autre sans trop d’effort.
Il est hors de question de vous faire une fiche sur comment installer RVM, il y en a des très bonnes sur le net en Anglais certes et particulièrement http://pragmaticstudio.com/blog/2010/9/23/install-rails-ruby-mac qui marche exactement pareil sur ubuntu.
Je ne conseille pas l’installation en sudo qui n’est à mon avis pas utile.
Vous l’avez compris RVM est un outil indispensable pour les développeurs Ruby & Ruby on Rails, cependant, voici une liste de petits tips & tricks intéressant :
– Si lors de l’utilisation de « rake » vous rencontrez l’erreur « RakeFileUtils rake aborted », n’hésitez à utiliser le lien suivant : http://joneslee85.wordpress.com/2011/07/29/howto-fix-rake-0-9-2-to-work-with-ruby-1-9-2-under-rvm/
– uninitialized constant Rake::DSL in Ruby Gem, l’ajout de :
require 'rake/dsl_definition'
Dans le Rakefile
– vous rencontrez une erreur sur openssl avec Ruby on Rails, les commandes suivantes :
rvm pkg install openssl
rvm remove 1.9.2 --with-openssl-dir=$HOME/.rvm/usr
rvm install 1.9.2
A priori, vous avez là les principaux problèmes que l’on peut résoudre rapidement.

Time Machine : la sauvegarde pour les nuls

Ce titre, un brin péjoratif, reflète bien le fait que c’est un outil de sauvegarde d’une simplicité étonnante.
Depuis, Leopard (10.5), Mac OSX a introduit ce nouveau système de sauvegarde automatique. Pour l’utiliser un disque dur USB vierge qu’il faut formater en HFS+, dès le branchement du disque Time Machine vous demande si vous souhaitez l’utiliser comme disque de sauvegarde et commence la première synchronisation qui peut durer un moment en fonction des données de votre disque principal.
Avec Time Machine, Apple a prévu tous les cas de pertes de données effacement accidentel, crash disque… En effet, la restauration après réinstallation est automatiquement proposée.
Time Machine sauvegarde les changements toutes les heures. Si le disque sature il supprime les sauvegardes les plus anciennes avec ou sans avertissement.
Alors, vous pourrez me lancer que Windows 7 propose également cela oui c’est vrai mais je trouve l’outil moins performant sur trois points :
– Il faut soit même programmer ce que l’on veut sauvegarder et sur quel fréquence.
– La restauration n’est pas si visuellement simple.
– Il ne supprime pas de lui-même les sauvegardes les plus anciennes.
Alors, oui, je maintiens mon titre, Time Machine est vraiment la sauvegarde pour les nuls, cependant, il faut quand même que je le précise, il existe sous Linux un équivalent sympa et assez efficace mais un peu plus proche de la solution Windows : « Back in Time ».
La sauvegarde est un des points importants des futurs OS, en effet, les données numériques ont le vilain défaut de disparaître facilement, il faut donc que l’OS propose la solution la plus simple et efficace pour l’utilisateur avec une interface plaisante pour ne pas être rebuter par la mise en place de cette solution.

Pentaho:calcul du pipe commercial en MDX avec Mondrian – partie 2

Dans mon précédent post j’ai posé le problème du calcul par périodes du pipe commercial.


Maintenant que l’on a la solution en SQL, on pourra valider la requête MDX.

On voudrait retranscrire ce que l’on a fait en SQL c’est à dire sélectionner les devis dont la date de devis est inférieur ( ou égal) à la fin de la période et la date de commande ou d’expiration supérieure (ou égale) au début de la période

pour rappel la requête SQL est la suivante :

… where (datedevis <= "31/01/2011") and(datecommande >= « 01/01/2011 » );

Premier essai MDX: Modélisation du cube

Imaginons que l’on ai créé un cube Mondrian basé sur la table des devis en sachant

que la table contient deux dates ( date de devis et date de commande)

Il nous faut donc deux dimensions de temps liées ces deux dates

On a donc les dimensions suivantes [TimeStart] et [TimeEnd]

Ces dimensions ne sont que des dimensions virtuelles de la dimension Time qui contient une hiérarchie par défaut dont les descendants ordonnés sont : Année,Quarter,Mois,Date:

Voici donc le rendu dans SchemaWorkBench :

Dans cette image , on remarque que les dimensions TimeStart et TimeEnd sont des Dimensions « Usage » c’est à dire qu’elles ont été crées à partir d’une véritable dimension.

Premier essai MDX: la requête

maintenant que l’on a créé le cube, on peut concevoir la requête:

On doit faire un croisement entre

  1. la période qui va de janvier à l’infini dans la dimension TimeStart pour la date de commande ( rappelez-vous la condition SQL : datecommande >= « 01/01/2011 »)
  2. et la période qui va du début de l’existence de l’informatique (merci Turing! – je laisse Snail préciser les choses) à janvier dans la dimension TimeEnd pour la date de devis (condition SQL: datedevis <= "31/01/2011")
  3. et enfin le montant
Bon alors ça donne quoi ?
déjà comment savoir la date du début de l’informatique ? On va utiliser le membre Firstchid de la dimension TimeStart auquel on va adjoindre la fonction MDX Openingperiod.
Du coup la condition 1 se résume à

OpeningPeriod([TimeStart].[Month],[TimeStart].firstchild):[TimeStart].[2011].[Q1].[January]

De même, la condition 2 correspond à ça ( grâce à la fonction ClosingPeriod et au membre Lastchild):

[TimeEnd].[2011].[Q1].[January]:Closingperiod([TimeEnd].[Month],[TimeEnd].lastchild )

Une petite explication s’impose sur ces deux ensembles:
[TimeStart].Firstchild permet d’identifier le premier enfant de cette dimension c’est à dire la première année possible, LastChild étant la dernière année possible.
OpeningPeriod permet de connaitre le dernier enfant possible à un niveau spécifié( [TimeEnd].[Month]) pour un membre spécifique( [TimeEnd].lastchild).
Pour moi, la fin du monde étant positionné à décembre 2013, la formule correspondra à
[TimeEnd].[Q4].[December].
Je vous laisse imaginer l’explication pour ClosingPeriod qui est la contraposée parfaite de la première.
Il suffit maintenant de mettre tout ça dans un bocal, rajouter la mesure Montant et d’agiter très fort. Voilà ce que ça devrait donner :
with MEMBER Measures.x as ‘
SUM( NonEmptyCrossJoin(
OpeningPeriod([TimeStart].[Month],[TimeStart].firstchild):[TimeStart].[2011].[Q1].[January],
[TimeEnd].[2011].[Q1].[January]:Closingperiod([TimeEnd].[Month],[TimeEnd].lastchild ) )
, [Measures].[Montant] )
Select Measures.x on 0
from [Pipe]
Outre le fait que j’utilise un membre calculé, je fais appel à la fonction NonEmptyCrossJoin
qui permet de faire la jointure entre les parcours des deux dimensions ( en enlevant bien sûr les tuples vides) ainsi que la fonction SUM qui permet de faire la somme du montant sur le dataset créé par le crossjoin.
Premier essai MDX: Conclusions
Ok, on a le bon montant du pipe commercial en janvier 2011, mais peut avoir la même chose pour toutes les autres périodes à partir d’une seule requête ?
ça voudrait dire que l’on puisse décrire mois par mois ce qui revient à dire qu’il faut rajouter un axe supplémentaire dans la requête pour montrer les montants pour chaque mois.
Dans bien des cas, cela se résume à rajouter un axe colonne comme ceci :
select Measures.test on rows,
Descendants([Time]. [year],(Month) on columns
from [MonCube]
Fastoche ? Pas vraiment : je vous rappelle que l’on a deux dimensions de temps différentes TimeStart et TimeEnd et que l’on ne peut pas les aligner si facilement…
Comment ? parlez plus fort…
?rajouter une troisième dimension de temps ?
Ok, mais ça suffit pas…. il faut aussi lier les trois dimensions entre elles pour que lorsque l’on se positionne par exemple sur janvier , les deux autres prennent en compte cette période.
Heureusement M$ ( l’inventeur de MDX; respect à Mosha Pasumansky) a pensé à tout : la fonction LinkMember .


Arghh !! Mauvaise Limonade: Julian Hyde, le créateur de Mondrian, ne l’a pas implémenté… voir le ticket si ça dit à quelqu’un(e)..


Dans la troisième partie de cette série on verra comment résoudre le problème:
afficher à partir d’une seule requête MDX le montant du pipe commercial Mois par Mois

Pentaho:calcul du pipe commercial en MDX avec Mondrian – partie 1

Voilà donc un cas d’école de la vraie vie comme un consultant décisionnel aime à en voir: Comment calculer mois par mois un pipe commercial ?

Bon, le besoin est simple: une entreprise veut connaître mois par mois le montant global des propositions commerciales qui ont été envoyées à ses prospects.

En général l’entreprise a un système de force de ventes qui permet d’extraire ces données là.

Par exemple , un extract serait :

N° de devis, N° de client/prospect, date du devis , date d’expiration du devis (ou date de commande),Montant du devis, etc.

Imaginons que nous voulions savoir la liste de tous les devis actifs sur le mois de janvier.

On va donc devoir identifier les cas possibles; ça se résume à cette image :

La solution SQL:

Bon là c’est facile , il suffit de retranscrire les 4 cas possibles dans les conditions de filtre:

select sum(montant) from Pipe where (datedevis>= ’01/01/2011′ and datecommande<=’31/01/2011′ or () etc…

Fastidieux, non ?…

Heureusement, Il y a une façon plus élégante de regrouper les filtres:

select sum(montant) from Pipe  where (datedevis <= ’31/01/2011′) and (datecommande >= ’01/01/2011′ );

Dans le prochain article j’aborderais la solution MDX pour Mondrian.

MacOS X : Lion – mise à jour on the air…..

Avec Lion, Apple frappe-t-il un bon coup ?


Ce n’est pas sûr mais en tous les cas, le système de mise à jour par le Mac App Store est un sacré plus, en effet, cela va aboutir à une adoption rapide de ce nouvel OS.


Ce système de mise à jour est-il innovant ?


Oui et non, oui pour un OS payant la simplicité d’installation permet pour un néophyte de basculer sans se déplacer et de juste mettre en oeuvre l’installation.
Non, les OS open source proposent depuis longtemps de mettre à jour son OS directement par la mise à jour automatique.
C’est exactement ce qu’a utilisé Apple mais avec un format payant.
Il est évident que le Mac App Store est vraiment le point fort d’Apple pour le déploiement des applications et c’est d’autant plus vrai avec l’OS. Et là, il propose un basculement simplifié.


Dans la pratique direction le Mac App Store, on achète Lion et on télécharge les 3Go et un peu plus du fichier d’installation.


Il est préférable de faire une sauvegarde que ce soit par Time Machine ou autre avant de procéder histoire de ne pas se retrouver planté sans réinstallation de ses données personnelles, cela Apple n’y a pas pensé. 


Autre point que je conseille vivement utiliser le logiciel Lion DiskMaker [1.2 – 37 Ko – Français – Mac OS X 10.6 – Gratuit] N’hésitez à faire un don à Guillaume Gete. Ce petit logiciel vous permettra de créer une image d’installation de Lion sur clé USB. Cela peut s’avérer fort utile.


Une fois cela fait, on lance l’installation, cette dernière dure environ 45 minutes.


A priori, vous ne rencontrerez pas de problème particulier, et vous vous retrouverez avec un Lion sous le capot.


Mais, bon, soyons honnête cet OS n’amène pas de chose à couper le souffle le mode plein écran est bien et simplifie l’usage du Multi-bureau un peu fouillis

Les combinaisons de gestes sur le Trackpad sont eux vraiment bien et simplifient l’usage au quotidien.


Mais, vraiment la grosse avancée qui n’en est pas une est l’installation de la mise à jour OS comme un composant logiciel.